Monts d'Arrée EL4 D (Brennilis)

ASN background image

La centrale nucléaire de Brennilis est implantée dans le département du Finistère, sur le site des Monts d’Arrée, à 55 km au nord de Quimper. Dénommé EL4-D, cette installation (INB 162) est un prototype industriel de centrale nucléaire modérée à l’eau lourde et refroidie au dioxyde de carbone (70 MWe), arrêté définitivement en 1985. Le décret du 27 juillet 2011 a autorisé une partie des opérations de démantèlement, à l’exception du démantèlement du bloc réacteur.

En bref

60

Lettres de suite d'inspection

4

Consultations du public

5

Avis d'incidents

25

Rêglementation

ASN background image

Le décret n° 2011‑886 du 27 juillet 2011 a autorisé les opérations de démantèlement de la centrale, à l’exception du démantèlement du bloc réacteur. En juillet 2018, EDF a déposé un dossier de demande concernant le démantèlement complet de ses installations, qui a fait l’objet d’une enquête publique du 15 novembre 2021 au 3 janvier 2022. L’ASN relève l’implication d’EDF dans le déroulement de l’enquête publique sur le dossier de démantèlement de Brennilis et, plus généralement, ses efforts de transparence et de communication.

En 2022, l’ASN a poursuivi l’instruction du décret de démantèlement complet de la centrale de Brennilis et a engagé la révision des décisions encadrant les prélèvements et les rejets.

Au cours de cette même année, EDF a notamment continué ses travaux préparatoires au démantèlement complet :

  • dans l’enceinte du réacteur, la poursuite des opérations de retrait de l’amiante dans les endroits accessibles et le début des aménagements du génie civil pour agrandir des accès existants ou démolir des casemates ;
  • hors de l’enceinte du réacteur, l’achèvement des opérations de réfection des voiries du site (retraits des rails et traverses de voies ferrées, réfection de la chaussée).

EDF a également passé les marchés pour engager les études d’exécution de certaines opérations de démantèlement complet (comme celui des circuits périphériques) et rédiger les cahiers des charges pour la remise à niveau des fonctions supports indispensables au démantèlement complet (ponts de manutention, ventilation dans l’enceinte du réacteur, etc.).

De manière plus générale, l’ASN note que les jalons de planning pour la première partie de l’année 2022 ont été respectés.

Les incendies de juillet et août 2022 dans les Monts d’Arrée n’ont pas eu de conséquences sur le chantier. Néanmoins, les opérations de démantèlement ont été arrêtées dans l’enceinte du réacteur le 19 juillet en raison de l’orientation des fumées vers la centrale, avec une reprise des activités le 20 juillet. Il n’y a pas eu d’arrêt des opérations lors de l’incendie du 6 août.

Principales étapes réglementaires

La première divergence du réacteur s’est produite le 23 décembre 1966.

L'arrêt définitif de production est intervenu le 31 juillet 1985. Les opérations de cessation définitive d'exploitation et de mise à l'arrêt définitif ont débuté en 1985 pour s'achever fin 1992. Elles ont consisté en l'évacuation de tous les combustibles irradiés, le retrait du tritium de l'eau lourde, la vidange et le séchage des circuits et le conditionnement des déchets.

Dans le cadre du décret n°96-978 du 31 octobre 1996, de première opérations de démantèlement ont été menées de 1997 à 2007 : des circuits ont été obturés, certains circuits d’eau lourde et de dioxyde de carbone ont été démantelés, ainsi que des composants électromécaniques ; plusieurs bâtiments non-nucléaires ont également été déconstruits.

Par décret n°2000-933 du 19 septembre 2000, le responsable de l’exploitation de la centrale de Brennilis est devenu EDF, en lieu et place du CEA.

Le décret n°2006-147 du 9 février 2006 autorisant EDF à procéder au démantèlement complet de l’installation a été annulé par le Conseil d’État le 6 juin 2007.

Aujourd’hui, le démantèlement de l’installation se poursuit dans le cadre du décret de démantèlement partiel n°2011-886 du 27 juillet 2011 ; l’ensemble des opérations autorisées par ce décret doivent être réalisées dans les cinq ans qui suivent sa publication. Les opérations conduites en 2015 ont concerné la fin du démantèlement des échangeurs dans l’enceinte du réacteur et la démolition de l’ancienne station de traitement des effluents.

EDF a transmis à l’ASN, le 20 octobre 2015, une demande de report, de juillet 2016 à janvier 2018, de l’échéance de réalisation des opérations de démantèlement partiel autorisées par le décret du 27 juillet 2011. Cette demande visait à permettre la réalisation, à l’issue des opérations autorisées de démolition de la station de traitement des effluents et d’assainissement des terres sous le radier, de contrôles finaux ainsi que des opérations de déclassement, d’assainissement complémentaire si nécessaire, de comblement de la zone, de retrait du confinement et de repli du chantier.Le décret du 16 novembre 2016 a prolongé le délai de réalisation des opérations de démantèlement

Le dossier de demande d’autorisation de démantèlement complet déposé par EDF en décembre 2011 conformément aux exigences du décret du 27 juillet 2011 avait été jugé non recevable dans la mesure où la construction de l’installation d’entreposage ICEDA, destinée à recevoir des déchets issus du démantèlement de la centrale de Brennilis dans l’attente d’un stockage en couche géologique profonde, faisait l’objet de recours. En juillet 2018, EDF a déposé un nouveau dossier de demande concernant le démantèlement complet de son installation. Ce dossier est en cours d’instruction et a fait l’objet, fin 2021, d’une enquête publique, à l’issue de laquelle la commission d’enquête a rendu un avis favorable au projet de démantèlement complet.

En parallèle, EDF a poursuivi les opérations préparatoires au démantèlement complet, et a notamment réalisé des prélèvements d’échantillons dans le bloc réacteur, ainsi que des aménagements préalables (cartographie radiologique de l’installation, évacuation de matériels inutilisés, opérations de désamiantage).

Date de la dernière mise à jour : 25/05/2023