Le radon

Le radon est un gaz radioactif naturel, présent dans le sol et les roches, inodore, incolore et inerte chimiquement.

EN SAVOIR PLUS

Le radon, un gaz naturel radioactif

Lancer la vidéo

Interview de Philippe Chaumet-Riffaud, commissaire de l'ASN

Dans l'air extérieur, le radon se dilue rapidement et sa concentration moyenne reste généralement très faible. Dans les espaces clos comme l'habitat, particulièrement dans les caves et les rez-de-chaussée, il peut s'accumuler dans l'air intérieur pour atteindre des concentrations parfois très élevées.  A long terme, l'inhalation de radon conduit à augmenter le risque de développer un cancer du poumon. La concentration de radon dans les bâtiments peut être réduite le plus souvent par des actions simples, telle que l’aération quotidienne.

EN SAVOIR PLUS

La gestion du radon dans les établissements recevant du public (ERP)

Lancer la vidéo

A l'occasion de la journée européenne du radon du 7 novembre 2019, Yoann Terliska, chef de la division de Nantes de l'ASN, revient la gestion di radon dans les établissements recevant du public (ERP).

Les résultats de plusieurs études épidémiologiques menées dans le monde sur des populations de mineurs ont conduit l’État à élaborer une réglementation spécifique pour les établissements recevant du public, les lieux de travail et l’habitat privé (information des acquéreurs et des locataires) .

L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) contribue à l’élaboration de cette réglementation et au contrôle de sa bonne application.

Qu’est-ce que le radon ?

Le radon est un gaz radioactif naturel, présent dans le sol et les roches, inodore, incolore et inerte chimiquement. Dans l'air extérieur, le radon se dilue rapidement et sa concentration moyenne reste généralement très faible. Dans les espaces clos comme l'habitat, particulièrement dans les caves et les rez-de-chaussée, il peut s'accumuler dans l'air intérieur pour atteindre des concentrations parfois très élevées. Cette accumulation résulte de paramètres environnementaux (concentration dans le sol, perméabilité et humidité du sol, présence de fissures ou de fractures dans la roche sous-jacente notamment), des caractéristiques du bâtiment (procédé de construction, type de soubassement, fissuration de la surface en contact avec le sol, système de ventilation etc.) et du mode d'occupation (ouverture des fenêtres insuffisante, calfeutrage des ouvrants, etc).

Le radon en France

Les communes du territoire français sont réparties en 3 types de zones à potentiel radon sur la base de critères géologiques : zone à potentiel radon faible (zone 1), zone à potentiel radon faible mais sur lesquelles des facteurs géologiques particuliers peuvent favoriser le transfert du radon vers les bâtiments (zone 2) et zone à potentiel radon significatif (zone 3).

Le radon et la santé

Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a classé le radon comme cancérigène certain pour le poumon en 1987. A long terme, l'inhalation de radon conduit à augmenter le risque de développer un cancer du poumon. Cette augmentation est proportionnelle à l'exposition cumulée tout au long de sa vie. En France, le radon est la seconde cause de cancer du poumon (environ 3 000 décès par an), derrière le tabagisme. L'exposition à la fois au radon et au tabac augmente de façon majeure le risque de développer un cancer du poumon.

La réduction du risque

Différentes actions permettent de réduire la concentration de radon dans l’air intérieur, en fonction des résultats des mesurages.

La réglementation

En France, la réglementation relative à la gestion du risque lié au radon, mise en place à partir du début des années 2000 pour les établissements recevant du public, a été étendue en 2008 aux lieux de travail. En 2015, le paramètre radon a été introduit dans le contrôle sanitaire des eaux destinées à la consommation humaine, puis, en 2016, dans la politique de la qualité de l’air intérieur. Enfin, depuis le 1er juillet 2018, la réglementation concerne également l’habitat privé (information des acquéreurs et des locataires - IAL) dans les zones où le potentiel radon est susceptible d’être le plus important

Plans nationaux d'action pour la gestion du risque lié au radon

Depuis 2005, trois plans nationaux d’action de gestion du risque radon ont été adoptés en France, marquant ainsi les objectifs à poursuivre en matière de réduction des effets sanitaires du radon. L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a été chargée de piloter ces plans et d’en animer le comité national de suivi, auquel ont été associés, outre les administrations concernées, des représentants du monde associatif et des professionnels de la mesure du radon. Le troisième plan 2016-2019 est adossé au Plan national santé environnement 2015-2019 (dit PNSE 3) et a été élaboré dans le contexte de la transposition de la directive 2013/59/Euratom du Conseil du 5 décembre 2013 ce qui lui confère désormais une dimension réglementaire. Consulter les interviews réalisées lors de l'atelier international sur les plans nationaux de lutte contre le radon et le rapport publié à l'issue de l'atelier[en français / in english - nov. 2014]

Guides sur la gestion du risque du radon

Plusieurs guides ont été élaborés pour aider les organismes de formation et les administrations à informer la population et les professionnels

Information et de recommandations sanitaires à destination des personnes exposées au radon

Plusieurs guides ont été élaborés pour aider les organismes de formation et les administrations à informer la population et les professionnels

Date de la dernière mise à jour : 07/11/2019